Menu
A+ A A-

De quoi je me mêle : Un président à la mode est forcément sur facebook

Mes chers amis les enfants, mes chers amis les jeunes, nous nous connaissons depuis 1991. Je n’ai jamais eu d’autres amis que vous. Quand on vous tirait dessus mes chers amis étudiants et élèves, souvenez-vous, j’ai traversé la ville embrasée, à mes risques et périls et le reste vous le connaissez. Et ce n’est pas grave si les auteurs du putsch depuis ne se comptent plus. Il n’y a que la défaite qui est orpheline et Dieu nous garde de la défaite. J’ai fait ce que j’ai pu et je n’ai accepté de revenir que pour vous servir. Tout le monde, y compris la petite sœur Salama et le grand frère Ali Diallo qui n’arrêtent pas de me menacer. Or je n’ai dit à personne que je resterai au-delà du 8 juin 2012. Pas même  à Bittar ou Bakary Togola accusés à tort de vouloir prolonger mon mandat.

Comme si c’était un match de foot devant tenir compte des arrêts de jeu. Malgré tout, chers amis, je vous ai offert la médaille. Elle est à vous. Visible sous bonne garde au musée national. Tout ce que je fais d’ailleurs est visible et c’est pour vous : les routes, les salles de classe, les centres de santé. Mais soyez sûrs, je ne resterai pas une minute de plus à la fin de mon mandat car j’ai eu une expérience exceptionnelle : j’ai vu au Camp Para plusieurs présidents intouchables perdus au fond d’une cellule.  Si rien ne vaut le pouvoir, le pouvoir, lui non plus, ne vaut rien. En tout cas, il ne vaut pas la liberté. Je n’ai jamais arrêté de dire cela aux Ben Ali, Moubarak et même à mon ami Khadafi. J’ai tout fait pour qu’ils soient sur facebook mais ils ne m’ont pas écouté.

Or moi j’y suis depuis longtemps  déjà. J’y ai des milliers d’amis qui me contactent à macinanké.com. C’est comme ça que je suis informé du projet de marche contre le gouvernement du Beau Ténébreux samedi. Je vais me joindre aux marcheurs d’ailleurs pour demander moi aussi la démission de l’équipe. Je suis issu du peuple, je reste avec le peuple mais laissez moi, juste chers amis, rester jusqu’au 8 juin à 12h30 où je céderai le pouvoir à mon successeur. Il faut qu’il soit d’ailleurs un jeune. Pas que je veux me mêler d’influencer votre choix, mais l’avenir du Mali, c’est vous les jeunes. Et n’oubliez pas : je vous attends impatiemment sur macinanké.com            

Adam Thiam

Le Républicain 22/02/2011

Comments are now closed for this entry

Info for bonus Review William Hill here.