Menu
A+ A A-

Résolution de la crise du Mali Le FOSCAO au chevet des acteurs

Une délégation du Forum des Organisations de la Société Civile de l'Afrique de l'Ouest (FOSCAO) vient de présenter à la presse les résultats de sa mission d'établissement des faits sur la crise au Mali. C'était le samedi 16 février 2013 au siège de la Fondation pour le Développement au Sahel (FDS). On y notait la présence de Gadiry Abdoul Diallo de la Guinée Conakry, chef de délégation, Abdoulaye Diallo du Sénégal, secrétaire exécutif du FOSCAO, Mamadi Keïta de la Guinée Bissao et Tiémoko Souleymane Sangaré du Mali et patron du FDS.

Pour les conférenciers, la nécessité de l'implication de tous les acteurs devient de plus en plus pressante pour l'activation d'un cadre structurel menant à la résolution de la crise. Pour la société civile malienne, ce besoin d'implication a été  particulièrement stimulé par le fait que les idées discordantes de certains acteurs ont compliqué sa tache depuis le début de la crise. C'est donc dans l'intention de confronter cette question de division, mais aussi de définir une stratégie cohérente pour la société  civile dans la résolution de la crise qu'une mission d'établissement des faits au Mali a été déployée par le FOSCAO et le CODESRIA. Le déploiement de cette mission est donc l'expression de la solidarité  de la part de la société civile ouest africaine dans tout son ensemble envers le peuple malien en ces temps difficiles. Ce déploiement de la mission constitue aussi le premier pas vers la redynamisation par le FOSCAO de la société civile malienne. En effet, la délégation a tenu des consultations très poussées avec les autorités et les groupes. On note entre autres les coalitions et réseaux de la société  civile, le comité parlementaire sur la sécurité et la défense et le haut conseil islamique. Après avoir échangé avec ces acteurs, ils ont fait des observations et des recommandations.

Malgré l'ampleur de la déstabilisation causée par la crise, la mission a apprécié la détermination et l'abnégation du peuple malien pour le retour du pays à l'ordre constitutionnel. " Nous les encourageons à continuer à travailler résolument pour une transition vers l'ordre démocratique ".

La mission a noté avec satisfaction l'institutionnalisation de la feuille de route qui aboutit sur les élections fixées au 7 juillet. La mission croit fermement que la fin de la transition sera effective à la date indiquée si tous les acteurs s'appliquent à suivre cette feuille de route. La mission pense que les allégations d'une société civile impliquée dans le support des putschistes et menaçant l'ordre démocratique ne sont ni justes ni justifiées, et que la grande partie la société civile malienne en général reste fidèle à la lutte pour la restauration complète de l'ordre démocratique.

" Nous félicitions les autorités universitaires dans leurs efforts de promouvoir l'excellence académique. Cependant, nous les exhortons à s'impliquer davantage dans la recherche de voies et moyens pour la restauration totale de l'ordre constitutionnel et l'ordre démocratique de concert avec la société civile dont ils font partie ", ont-ils déclaré.

La mission se félicite du rôle important de leadership joué par la CEDEAO depuis que la crise a éclaté, et exhorte cette institution à poursuivre la collaboration qu'elle a initiée avec l'Union africaine et les Nations unies pour la résolution de la crise dans les plus brefs délais.

Selon les conférenciers, le FOSCAO et le CODESRIA restent engagés pour travailler en proximité avec tous les acteurs au sein de la société civile malienne, les institutions de l'Etat et la communauté internationale pour la résolution de la crise de façon à promouvoir les intérêts du peuple malien et à  édifier l'intégrité territoriale, l'autorité de l'Etat, la réconciliation nationale et les principes de la démocratie.

M. Maïga

Le Scorpion 2013-02-21 01:04:05

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Info for bonus Review William Hill here.